Le mot de Daniel Rondeau, lauréat du Prix Jules Rimet 2016

par Administrateur

 

C’était un mercredi de novembre, j’arrivais à Paris, Denis Jeambar me téléphone pour m’annoncer que j’ai reçu le Prix Jules Rimet pour mon livre Boxing – club. Je saute dans ma voiture, j’arrive rue Brançion et découvre un bistrot extraordinaire où semble s’être déposée la mémoire populaire du quartier (les abattoirs de Vaugirard étaient situés juste en face) et un peu de la mythologie de la boxe française.

C’est un boxeur, champion de France welter, et ancien mineur du Nord, qui a ouvert cet établissement dans les années 50. Yanek Walczak avait boxé son ami Cerdan, mais aussi Ray Sugar Robinson. Tous les membres du jury m’attendaient dans ce décor singulier. Le lendemain, je parle de cette soirée merveilleuse avec mon ami le peintre espagnol Eduardo Arroyo. Il me répond : « Walczak ? Mais je suis allé souvent chez lui, dans son bistrot. Et j’ai fait même fait un portrait de lui qui est au centre d’un triptyque sur la boxe ». Merci à tous d’avoir récompensé un livre où j’ai souhaité faire vivre les qualités de nos jeunes boxeurs, l’humilité, le courage, l’endurance, le gout de l’effort et de l’accomplissement, qui forment le quotidien de tous ceux qui pratiquent le noble art.

Daniel Rondeau

Yanek Walzak, 1974
Huile sur toile et objets
130×291 triptyque